Conseil départemental de la Haute-Marne
Concertation sur le projet de déviation RD 60/960

Concertation sur le projet de déviation RD 60/960

Présentation du projet :

La construction et le fonctionnement du futur centre de stockage Cigéo nécessiteraient la déviation de la RD 60/960 afin de contourner une des deux zones de surface du centre de stockage, la zone descenderie.

Le projet de déviation de la RD 60/960 est porté par le Département de la Haute-Marne qui a été désigné maître d’ouvrage de l’opération dans le cadre d’une convention signée le 5 octobre 2018 entre le Département de la Haute-Marne, le Département de la Meuse et l’Andra.

Ce projet de déviation consiste à :

  • aménager une voirie de liaison à chaussée bidirectionnelle entre la RD 60 et la RD 960 à classer dans le réseau structurant des 2 départements ; cette voirie devra assurer les mêmes fonctions que la voirie déviée,
  • aménager des carrefours au niveau des intersections avec les voies croisées,
  • aménager éventuellement des voies de raccordement pour les voies croisées par la nouvelle infrastructure
  • déplacer les réseaux des concessionnaires situés dans l’emprise de la RD 60 – RD 960 à dévier.

Le projet de déviation de la RD 60/960 a fait l’objet d’une première série d’études, dites études préliminaires, en 2021. Elles visaient à définir les caractéristiques principales du projet au regard des objectifs poursuivis et des principales contraintes existantes. Trois variantes de tracé ont ainsi été étudiées et elles ont été soumises à la concertation du public du 31 janvier au 11 mars 2022.

En effet, le Département de la Haute-Marne a décidé d’organiser une concertation préalable volontaire de ce projet, placée sous l’égide de deux garants de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Cette procédure, qui intervient au début du projet, vise à permettre au public (riverains, associations, élus, agriculteurs…) de se forger puis d’exprimer son point de vue, à enrichir le projet en intégrant au mieux les besoins et les attentes exprimés par le public et à éclairer le maître d’ouvrage sur les suites à donner à son projet.

Les garants de la CNDP disposent d’un délai d’un mois après la fin de la concertation préalable pour remettre au Département de la Haute-Marne le bilan qu’ils en tirent. Ce bilan est disponible ci-dessous depuis le 11 avril 2022.

Le conseil départemental de la Haute-Marne a pris acte par délibération le 20 mai 2022 du bilan que le Département tire de la concertation préalable. Délibération et bilan sont publiés ci-dessous depuis le 31 mai 2022. 

Réunion publique d’ouverture du 31 janiver 2022

Réunion-atelier publique du 26 février 2022 :

Réunion publique de clôture du 11 mars 2022 :

Ce formulaire permet d’exprimer votre avis sur le projet. Il sera disponible sur cette page jusqu’ à l’enquête publique.

*champs obligatoire

Traitement des données de contact à caractère personnel

Dans le cadre de l’organisation des rencontres publiques, des données à caractère personnel seront collectées par le Département de la Haute-Marne afin d’enregistrer les contributions. Ces données seront conservées jusqu’à l’enquête publique et seront ensuite détruites.

Pour toute question relative au traitement de ces données, il est possible de contacter le délégué à la protection des données du Département de la Haute-Marne à l’adresse dpd@haute-marne.fr.

Vos avis sur le projet : pas de nouvelle contribution reçue

Mars

15/03/2022Option 1 « tracé de proximité ». Pas d’impact sur les terres agricoles. Coût le moins élevé. Passe au plus proche des commerces de proximité. Moins d’impact faune et flore, animaux.
11/03/2022Option 1. Impact environnemental réduit. Coût réduit. N’affecte pas les circulations locales. Longe la descenderie. Pas d’impact sur les terres agricoles. À proximité des commerces existants (station service, boulangerie, hôtel-restaurant)
11/03/2022Option 1 « tracé de proximité ». Coût le moins cher. Mieux niveau écologie. Moins d’impact sur les animaux, la nature. La plus adaptée pour la proximité des commerces. Peu d’impact sur les terres agricoles.
09/03/2022Option 1 tracé de proximité sans hésiter. Pas d’impact sur les terres agricoles. Dessert les infrastructures existantes (hôtel, restaurant, boulangerie, station-service). Coût le plus bas. Sauve Saudron. La moins impactante à tous niveaux.
09/03/2022Option 1 tracé de proximité. Zéro impact sur les terres agricoles. Coût le plus bas. Passe près des commerces existants (boulangerie, station-service, hôtel restaurant). La plus adaptée pour Saudron et Bure.
09/03/2022Option 1 tracé de proximité. Zéro impact sur les terres agricoles. Coût le plus bas. Passe près des commerces existants (boulangerie, station-service, hôtel restaurant). La plus adaptée pour Saudron et Bure.
08/03/2022

Bonjour,

Je partage l’avis de plusieurs personnes ci-dessous : la déviation proposée n’aurait aucun sens si le projet Cigéo n’était pas autorisé. Or, à ce stade, la Demande d’Autorisation de Création (DAC) de Cigéo n’a même pas été déposée.

On nous répète depuis des années que ce projet n’est encore qu’hypothétique et qu’il sera autorisé ou non selon une évaluation impartiale de sa sûreté et de sa pertinence par les autorités. Pourquoi commencer à dépenser des millions d’euros pour un projet qui ne sera peut-être pas autorisé ? En fait vous proposez de construire une déviation; au cas où; le projet soit autorisé ? Et s’il ne l’est pas qu’est-ce qu’on fait de la déviation ?

Et c’est la même chose pour tous les autres chantiers des  aménagements préalable; que l’Andra et les départements prévoient de commencer juste après l’obtention de la DUP (qui n’est pas une procédure d’autorisation de Cigéo et n’est pas sensée préjuger de cette autorisation) : ligne ferroviaire, transformateur électrique…

Autant d’infrastructures qu’il serait complètement absurde de construire avant que le projet ne soit autorisé… A moins bien sûr qu’il ne s’agisse d’une stratégie de mettre les citoyens devant le fait accompli pour imposer le projet Cigéo à la population : puisque vous aurez déjà dépensé des millions et tout construit pour ; accueillir Cigéo, la logique économique dictera d’aller jusqu’au bout… Ce projet de déviation, s’il est mis en oeuvre avant la validation de la DAC, portera donc directement atteinte à l’impartialité de la procédure d’autorisation de Cigéo. Cette concertation ne serait dès lors qu’un simulacre de transparence et de démocratie mis en oeuvre par des gens extrêmement malhonnêtes. Quant à vous, salariés de l’Andra et du département qui lisez cet avis, si vous vous dites que ce n’est pas votre faute et que c’est décidé au-dessus de vous, vous pouvez au moins partager cet avis avec vos collègues, amis, famille… pour ne pas être complice du problème il faut au moins le dénoncer là où on peut.

Bien à vous.

02/03/2022

Avis défavorable à l’ensemble des scénarios

Le rapport avantages/bénéfices est largement défavorable à quelconque déviation que ce soit en terme économique (perte d’attractivité pour le territoire d’un point de vue touristique et habitat, etc.), en terme écologique (grave augmentation des gaz à effet de serre sur le territoire dû aux travaux et aux transports incessants ensuite, etc.), en terme sanitaire (pollution, y compris sonore), en terme agricole (goudronnage de terres nourricières indispensable à notre autonomie), en terme démocratique : cette consultation ne devrait pas avoir lieu, c’est un forçage de plus par l’Andra et un dévoiement du principe de consultation publique (dont on sait, en plus  qu’aucune autorité ne tient compte)  pour matraquer les esprits par une politique du fait accompli. Le projet Cigéo n’est pas autorisé, sa demande n’est même pas encore déposée, il est donc aberrant de prévoir ses réseaux routiers ou autres, et d’engager des travaux avec un impact aussi important pour les populations et leur territoire. C’est une dépense publique inutile vu qu’il va falloir abandonner Cigéo : on le voit avec la guerre en Ukraine, Cigéo serait une cible hors du commun et des plus dangereuses pour le pays vu qu’il concentrerait à lui seul 99% de la radioactivité des déchets français comme l’Andra l’annonce elle-même.

D’autant plus qu’elle annonce maintenant étendre Cigéo en emprise et en durée d’exploitation avec les déchets des éventuels EPR2 (s’ils fonctionnent un jour). Les transports exceptionnels de ces déchets hautement radioactifs représenteraient déjà par eux-même un très haut risque pour tout le territoire, déviation ou pas.

En terme de risques donc, le bilan coût/avantage est totalement déséquilibré et négatif : La seule déviation qu’il peut y avoir, c’est celle du dossier Cigéo qui doit changer de trajectoire pour aller dans la poubelle, mieux aux oubliettes de l’histoire.

02/03/2022

Option 4 :  pas de cigéo

J’emprunte quotidiennement la RD60 et je n’y ai encore jamais vu d’embouteillage, je ne vois donc pas pourquoi cette route devrait être à présent déviée de son tracé. Cette future déviation n’aurait de sens que dans le cas – très hypothétique – où le projet Cigéo cesserait d’être un projet pour devenir un centre d’enfouissement. Cela n’aura lieu, au mieux, que dans cinq ou six ans, après l’obtention de l’autorisation de création. Il me semble donc que vous devriez reporter cette concertation à ces temps futurs et tout à fait incertains. Sans Cigéo, pas de zone descenderie et donc pas besoin de déviation. Au risque de vous paraître bassement prosaïque, je suggère donc que l’on ne mette pas la charrue avant les boeufs. Le cas échéant, nous aurions la fâcheuse impression que l’on cherche à nous imposer l’évidence d’un futur Cigéo en créant d’ores et déjà les infrastructures qui lui sont indispensables.

01/03/2022

L’option de tracé n’étant pas encore sélectionnée, nous souhaitons profiter de la concertation préalable pour formuler la requête suivante : que la zone d’étude identifiée pour le projet photovoltaïque au sol ne soit pas impactée par le projet de déviation de la RD 60/960 en favorisant l’une des options 1 ou 3  ou en adaptant le tracé de l’option 2. En l’état, l’option 2 remet totalement en question le projet photovoltaïque et l’option 1 pourrait impacter directement le projet de parc photovoltaïque au sol porté par LUXEL et la commune de Bure. Vous trouverez ci-joint une note de présentation détaillée du projet photovoltaïque au sol.

Voir le PDF

Février

26/02/2022 Bonjour, Vous trouverez ci-dessous les articles suivant les perturbations de consultations préalables que vous avez mené à Echenay le 31 janvier et à Bure le 26 février, en tant que maître d’ouvrage du projet de déviation des routes D60 et D960, en faveur du projet CIGEO. Vous en souhaitant une excellente lecture pleine de reflexions quant à votre positionnement vis-à-vis du projet CIGEO et de sa mise en oeuvre. A bientôt pour de nouvelles perturbations, Des opposant·es au projet CIGEO.
25/02/2022 Je choisis la 4eme option : l’abandon du projet  CIGEO.
17/02/2022 L’option 2 « tracé élargi au nord » me paraît la plus adaptée
16/02/2022 Depuis 30 ans, je conteste intégralement ce projet.
15/02/2022 Option 2 pour l’intérêt d’éviter Saudron
15/02/2022 L’option 2 retient notre attention. En fait la préservation du village de Saudron nous semble important.
15/02/2022 Bonjour, je donne ma réponse pour le projet de la déviation du contournement de la future zone descenderie de CIGEO qui pour moi est l’option 1 (tracé de proximité) la plus avantageuse pour l’environnement et son coût.
02/02/2022 Option 1 tracé de proximité, coût le plus économique, trajet le plus court
01/02/2022  Forcément, c’est la moins chère.
01/02/2022 Idéalement, je préfèrerais qu’il n’y ait pas de déchets nucléaires. Mais, puisqu’il faut s’y résoudre, je préfèrerais l’option 2 afin d’épargner ce malheureux village.

Janvier

31/01/2022  Pourquoi dépenser plus si ce projet est le plus privilégié. Attention aux dépenses, ce sont les contribuables…
28/01/2022  Mon choix est l’option n°1 « tracé de proximité ». C’est la moins coûteuse, la plus pratique et la plus courte !